Régimes alimentaires et durablité : 3 dimensions fondamentales
  • Tous les régimes protecteurs sur la planète sont riches en produits végétaux, pas/peu/normalement transformés et variés
  • L’excès de consommation de produits animaux et ultra-transformés menacent la durabilité des systèmes alimentaires
  • Les régimes alimentaires possèdent trois dimensions fondamentales : le ratio produits animaux/végétaux, le degré de transformation et la diversification

 

 Transformation, Effet « matrice » & Santé : une équation fondamentale
  • Les aliments fournis par la nature possèdent un potentiel santé de départ modifié positivement ou négativement par la transformation et les quantités consommées
  • L’augmentation des prévalences de maladies chroniques est d’abord liée à la dégradation et à l’artificialisation des matrices alimentaires qui nous poussent à consommer plus que de raison
  • La déstructuration des matrices alimentaires (‘cracking’) en ingrédients, recombinés ensuite avec des additifs, est le degré de transformation qui n’est plus acceptable pour la santé humaine : aliments ultra-transformés
  • L’effet « matrice» des aliments participe grandement de leur potentiel santé : satiété, biodisponibilité, synergie, diversité du microbiote…
  • Il faut toujours privilégier les aliments sous leur forme solide aux aliments semi-solides/visqueux ou liquides
  • Les scores nutritionnels devraient prendre en compte l’effet « matrice», directement ou indirectement
  • Il est fondamental pour la santé publique de reclasser les aliments selon leur degré de transformation

 

 

 

 

 

 

Holisme & Réductionnisme : un mariage indispensable
  • L’application extrême du paradigme réductionniste, à savoir « l’aliment n’est qu’une somme de nutriments », a contribué au développement des maladies chroniques
  • Le réductionnisme, pour être « vertueux », devrait toujours s’inscrire dans une question de recherche d’abord envisagée holistiquement et éthiquement
  • L’interface sciences alimentaire-société, notamment en termes de communication, devrait d’abord être holistique et qualitative
Potentiels Antioxydant & Lipotropique des Aliments : la synergie est la clef
  • Les antioxydants préviennent une formation excessive de radicaux libres
  • Les lipotropes (bétaine, choline, myo-inositol, méthionine…) préviennent une formation excessive de triglycérides hépatiques
  • Les aliments peu transformés possèdent tous une capacité antioxydante et lipotropique significative
  • Les traitements thermiques et mécaniques tendent à diminuer ces capacités tandis que les traitements fermentaires peuvent les augmenter
Alimentation & Métabolisme : augmenter l’espérance de vie en bonne santé
  • Il existe un métabolisme de base sain chez l’humain qu’il faut préserver dès le plus jeune âge, et qui semble suivre une courbe concave pour les plus grandes fonctions physiologiques ubiquitaires (systèmes nerveux, cardiovasculaire, osseux et musculaire) : croissance, optimum et décroissance
  • Si l’optimum atteint est faible alors la décroissance coïncidera rapidement avec la maladie (espérance de vie en bonne santé plus basse) ; alors que si l’optimum est très élevé la décroissance de ce métabolisme sain peut ne jamais coïncider avec la maladie chronique (espérance de vie en bonne santé élevée)
  • Il faut donc tout faire pour développer une prévention alimentaire primaire efficace pour atteindre un optimum le plus élevé possible : alimentation saine dès la naissance, éducation à l’alimentation, activité physique…
  • Il existe une double complexité des nutriments sur le métabolisme :
    • Synergie: plusieurs composés alimentaires avec des mécanismes différents concourent à une même fonction physiologique
    • Multifonctionnalité: un seul composé alimentaire peut exercer plusieurs fonctions physiologiques
Facebook5k
Twitter660
YouTube22m
LinkedIn2k
Share